mercredi 9 novembre 2011

L'homme qui marche #1

Midi peut-être a sonné
Il faudrait souffler comme les autres hommes
A cette pause qui n'a pas de présence
Dans laquelle je m'oublierais pourtant
S'il n'y avait pas tous ces mystères
Sous nos pas


La tentation du jardin encore
Qui miroite au fond de tes yeux
Deux chaises intemporelles
Autour des cercles de l'eau
La grille qui grincerait
Comme elle grinçait tu t'en souviens
Le parfum de la terre
Dont nous savions le partage
Allons sois raisonnable
Je ne veux pas pleurer


Un autre enfant passe
Qu'on n'a pas remarqué
Qui connaît tout du chemin
Un enfant qui n'a pas d'enfance


J'ai écrit ces textes en une semaine de frénésie au mois de décembre 1997. Toute frénésie est suspecte en poésie, ce siège de la lenteur, mais je vous offrirai quand même d'autres extraits de ce recueil.