vendredi 14 juin 2013

Laurence Bouvet, La ritournelle et la mort

" La mort n'est d'aucune langue. Elle est de toutes.", prévient Laurence Bouvet dans son préambule à Comme si dormir publié aux éditions Bruno Doucey. L'auteur enquête sur la mort de sa mère un dimanche soir paisible après avoir dressé la table pour le petit-déjeuner du lendemain. " Quelque chose a donc eu lieu/Avec dans les yeux avec dans ton coeur/Le verre que l'on brise le souffle coupé". Mais quoi au juste ? Où, quand, et comment ?

La poésie de Laurence Bouvet bégaie dans les souvenirs mal partagés, une recette de cuisine au beurre, l'appartement près de l'autoroute et il fallait économiser l'eau et la lumière, le stylo des grilles de mots fléchés.

L'enfance revient comme une ritournelle, à la façon parfois de Valérie Rouzeau ou de la chanteuse Camille : " P'tit Jésus si elle meurt je te tue !", " Le mois de mai est bien joli/Qui t'a vue naître avant la guerre", "Façon serviette enfant trop sage/Belle tenue beau pliage"...

Une ritournelle [comme un vautour] pour dépecer l'impossible inventaire.

Voici quelques extraits à lire et à relire avant d'acheter l'ouvrage :
" Dans quelle rue ?
De quel jour s'est-elle défaite
Mon endormie s'est-elle dissoute ? Et ton corps qui savait
Si ! Il savait comme un animal sait cachant ses plaies qui
Sentait de cette intuition de ce savoir
Toujours à l'heure de cette pudeur
Quand l'esprit ôte son bandeau
Chair rougie retournant à la chair
C'est le ventre qui explose c'est
La gorge dedans le ventre ses labours ses couteaux"
*
" Me demandant parfois
Aux heures ivres du soir qui de moi
Ou du miroir regarde l'autre
Ce que tu as fait sera défait
Au jour de mon dernier jour
Ce monde trop petit et trop lent
Ayant perdu mesure en ton néant
Trop rapide trop grand
Selon l'humeur et la distance
Ayant perdu des tambours la cadence"