lundi 27 mars 2017

Rui Paiva, céramiste et sculpteur

La céramique est considérée comme le premier art du feu. Apparue dès le paléolithique, elle se développe partout dans le monde au néolithique. Elle s’affranchit rapidement de la seule fabrication d’objets utilitaires, (assiettes, plats, jarres…), devient art décoratif, (vases, bijoux…), puis accède au statut de l’art à part entière.
Rui Paiva, céramiste portugais, est un artiste à part entière qui travaille le grès. Il interroge la lumière sombre au cœur de la matière, durcit les bleus et les verts, oxyde les surfaces brutes ou polies. « Nous sommes une somme sans fin de sentiments, de savoirs et de sensations. », écrit-il. Qu’il s’agisse d’objets détournés ou de pièces abstraites, cette triple mémoire constituante de l’humain traverse l’œuvre tout du long.
Rui est également sculpteur. Son matériau de prédilection est le fer. Il le façonne et l’assemble, l’étame et l’étampe, ou laisse la rouille poursuivre son travail de corrosion, dans l’en-dedans comme dans l’en-dehors. Parfois, une simple pointe oubliée sur un chantier, un anneau dont on n’a plus souvenance de l’usage, offrent au regard cette belle pauvreté qu’on trouve notamment chez Antoni Tàpies.
Le grès et le fer entretiennent un lien étroit dans cette œuvre singulière. Des dialogues très empreints d’affects se tissent. Le spectateur attiré par les échos de l’ordinaire peut y entendre ses propres voix.
La sculpture-cube ci-contre est un hommage au père de l’artiste, lequel exerçait le métier de ferronnier d’art. La partie haute présente des affaissements, des brisures qui symbolisent le naufrage du grand âge, la dépossession de soi.



Cette autre réalisation nous montre un objet au caractère détourné voire indéfini dont les protubérances peuvent évoquer des tubes digestifs tronqués ou les pédoncules d’un anatife sur son rocher. D'inquiétantes visions de succions premières, nourries qui sait par les chimères des enfances humides… Et c’est ainsi que l’univers de Rui Paiva m’enchante et me retient. 









N'hésitez pas à rendre visite à Rui Paiva sur son site sobrement intitulé Rui. Ses images sont de meilleure qualité que les miennes.
Rui Paiva vient d'exposer à la galerie Geraldes da Silva à Porto un ensemble de sculptures et de céramiques " afectos ", en compagnie de Maria José Passos.