mercredi 26 juillet 2017

Dictionnaire des mots rares et précieux, lettre f

Résultat de recherche d'images pour "brassens"Jeune retraité à la peine pour cause d'augmentation de la C.S.G., je cherche sur Indeed un emploi de filetoupier à mi-temps, confortablement allongé sur ma flaneuse. Mon expérience du chanvre remonte au début des années mille neuf cent soixante-dix quand j'écoutais en boucle les Pink Floyd qui viraient parfois au vert ou au noir. 

Fagne, n. f. Marais situé dans une petite dépression, sur un plateau ou sur une montagne.
(Il existe en Charente une bourgade nommée Villefagnan. Je pensais qu'il y avait un rapport avec les "faignants". Mais non. La ville ne disparaîtra pas à cause de la paresse ; les fagnes l'engloutiront avant.)

Fardier, n. m. Chariot à roues basses servant à transporter des charges très pesantes : blocs de pierre, etc.
(Je me souviens du fardier de Cugnot dessiné dans mon livre d'histoire quand j'avais dix ans. Je me souviens de l'avoir vu en vrai, imposant, au Musée des arts et métiers à Paris. C'était beaucoup plus tard.)

Fesse, n. f. Partie arrondie de la poupe des anciens navires en bois.
(Les meufs ont de la fesse, les bateaux aussi et c'est bien.)

Filetoupier, n. m. Batteur de chanvre.
(Par décret du gouvernement Philippe, les filetoupiers bénéficieront comme les tondeurs de drap de contrats aidés pour lutter contre le chômage endémique dans cette profession.)

Flaneuse, n. f. Sorte de chaise longue cannée.
(Réjouissons-nous de pouvoir désormais flâner tout en restant couchés sur notre flaneuse sans chapeau, les pieds en éventail et la pipe à la bouche comme dit Lulu du haut de ses quatre-vingt-sept ans.)

Formication, n. f. Méd. Sensation de picotement sous la peau, causée par un défaut de circulation.
(Ce terme aurait inspiré l'ami Brassens. Un excès de formication pendant la fornication et adieu la donzelle qui s'en va à tire d'aile !)

Frairie, n. f. Partie de bonne chère et de divertissement. II Fête de village. Dans quelques provinces : confrérie.
(Il y avait chaque année, dans le village charentais où je m'essayais à vivre, une frairie sur la place de la mairie et de l'école. Autos tamponneuses, manèges pour les petits, tir à la carabine. Et le bal bien sûr, monté en deux jours avec son plancher de bois verni et son toit de toile verte. Il y avait...)

Frelampier, n. m. S'est dit pour bon à rien. II A l'origine : moine chargé d'allumer les lampes d'un couvent.
(Les moines dans les couvents regardaient trop les rondeurs naissantes à la gorge des novices et rataient souvent leur allumage qui les prenait ailleurs et c'était un feu ardent contre lequel l'eau bénite ne pouvait rien. Ne pas déduire que tous les frelampiers sont des obsédés sexuels.)

Fringuer, v. intr. Sautiller en dansant. Se dit aussi des chevaux : le cheval fringue.
(L'adjectif fringant vient probablement de là. On peut imaginer que le verbe pronominal se fringuer aussi. La langue verte, fringante plus que toute autre, adore sautiller du coq au cheval.)

Fromage, n.m. Chim. Morceau de terre réfractaire sur lequel on pose le creuset dans les fours. II Théâtr. Encadré mettant en valeur le nom de la vedette sur l'affiche.
( L'expression "il n'y a pas de quoi en faire tout un fromage" vient peut-être du deuxième sens. A quoi bon en effet mettre en avant quelque chose ou quelqu'un qui n'en vaut pas la peine !)

Fructose, n. m. Chim. Sucre d'origine végétale.
(L'obsession de la minceur a popularisé ce mot au-delà du raisonnable. Mais il est vrai que dans les années soixante l'alimentation était beaucoup plus saine.)

image cocomag