mercredi 5 juillet 2017

Dictionnaire des mots rares et précieux, lettre b

Résultat de recherche d'images pour "guez de balzac en charente"La sélection pour les lettres c, d et e est prête mais je ne suis pas certain d'aller jusqu'à z. Qu'importe ! C'est un plaisir de comparer l'ahah qui est une ouverture  avec l'haha qui est une fermeture dans un mur ou n'importe quel obstacle qui gêne le chemin. 

Bachelette, n. f. S'est dit d'une jeune fille gracieuse, bonne à marier.
(Bérangère, toute nouvelle bachelière qui n'était ni ronchon ni dondon, était aussi une bachelette fort au goût des godelureaux.)

Baudelaire, n. m. Armur. Sorte de grand coutelas de guerre, à lame légèrement courbée.
(Imaginons que Baudelaire, en ses affres, ait voulu s'ouvrir le ventre avec un baudelaire...)

Balanophage, adj. Zool. Qui se nourrit de glands.
( La grisette Ninon, qui s'en allait de la poitrine et c'en était pitié, gardait la funeste réputation d'avoir été fort balanophage. (Bref !)

Balzac, n. m. Vitic. Nom d'un cépage de l'Angoumois.
(Il y a, en Charente, un bourg nommé Balzac et un auteur moraliste du XVIIème siècle qui s'appelait Guez de Balzac. Il a donné son nom à un lycée où je fis quelques apparitions entre 1971 et 1973.)

Banquier, n. m. Navire pêchant la morue sur le banc de Terre-Neuve.
(Le capitaine du banquier suçait le sang de ses marins comme son oncle banquier suçait le sang de ses clients.)

Bartavelle, n. f. Sorte de grosse perdrix rouge, propre au Midi.
(Cet oiseau reste bien connu des Provençaux dont le cerveau n'est pas encore à cent pour cent disponible au Front National.)

Bavière, n. f. Archéol. Partie de l'armure qui protégeait le menton et le cou.
( Tous les Bavarois devraient porter une bavière qui protègerait aussi  leur tête des idées chères aux Provençaux. Voeu pieux ?)

Biopsie, n. f. Méd. Examen d'un fragment de tissu prélevé sur le patient.
(Terme aujourd'hui fort connu, surtout quand on a dépassé cinquante ans... Ou l'examen est pratiqué à tout-va et creuse le tissu de la Sécu...)

Bogue, n. f. Enveloppe piquante de la châtaigne. II Sorte de pelle à boue.
(Curieux que la bogue de la châtaigne ait été considérée comme un mot rare à une époque où chaque écolier l'observait et la dessinait dans son cahier de travaux pratiques. En fait, c'est de nos jours que ce mot est devenu plus rare.)

Bolduc, n. m. Ficelle ou ruban de couleur servant à attacher les paquets.
(Les cadeaux étaient moins nombreux dans les années soixante qu'aujourd'hui. Maintenant, la moindre merdouille achetée à la Foirfouille est enrubannée ad nauseam. Alors, le moindre trouduc connaît le mot bolduc, même moi !)

Boubouler, v. intr. Crier, en parlant du hibou.
(Mot sympa, tout en rondeurs accortes. Je bouboulerais volontiers le soir au fond des bois en pensant au vieil Alfred de Vigny, lequel avait un castel en Charente si ma remembrance reste bien membrée.)

Bouquin, n. m. Embouchure d'un cor de chasse. Petit bout d'ivoire, d'ambre, de corne, que l'on fixe au tuyau d'une pipe.
(En relisant les bouquins du vieil Alfred nommé ci-dessus, je pense au bouquin de son cor... La mort du loup, vous vous souvenez ?)

Brailler, v. tr. Saupoudrer de sel les harengs.
(Rien avoir avec les mômes qui braillent et c'est heureux. Mais dites-moi, saupoudrer du sel ça pléonasme un tantinet, non ?)

Brunette, n. f. Chanson galante d'un air simple et facile à retenir.
(Cette chanson douce pouvait aussi s'adresser aux blondes, cela va aussi bien en le disant.)


image du lycée Guez de Balzac charentelibre.fr