jeudi 6 juillet 2017

Dictionnaire des mots rares et précieux, lettre c

Résultat de recherche d'images pour "corbillard"Cacographie, n. f. Orthographe vicieuse.
(Aujourd'hui toute orthographe est une cacographie tant le sens même ordinaire s'en est perdu. Mettre un s voire un x au pluriel, voilà bien une cacographie don l'honête home se passerai volontié.)

Cagnard, n. m. Lieu ensoleillé à l'abri du vent. Toute espèce de coin pouvant servir d'abri aux vagabonds, arche de pont, porte cochère, etc.
(Aujourd'hui le cagnard est le soleil lui-même. Boudiou ! dit-on à Auriol, quel cagnard il fait, hein Marine !)

Calais, n. m. Sorte de panier à l'usage des marchands des halles.
(La Berthe, même le dimanche, ne sortait jamais sans son calais empli de dentelles d'Alençon.)

Cannabis, n. m. Nom scientifique du chanvre.
(Un dictionnaire témoigne des us et moeurs. Au début des années soixante, le pétard n'était pas encore à la mode.)

Carabin, n. m. Soldat de cavalerie légère au XVIème siècle. Petite pièce de peau formant jonction entre les doigts de gant.
(Une carabine pour le carabin de la soldatesque ressuscité en 1860 ? )

Carpologie, n. f. Science, étude des fruits.
(Attention au contre-sens qui pourrait vous rendre muet.)

Carreleur, n. m. Savetier ambulant.
(Les savetiers ambulants ayant disparu, le mot carreleur en perdit son arroi. Allait-il moisir dans quelque ergastule ? Un ouvrier qui passait par là, charroyant des carreaux sur son fardier, lui proposa son usage.)

Catgut, n. m. Boyau de mouton ou de chat employé en chirurgie pour les sutures.
(Le mot s'est tellement popularisé qu'on utilise désormais des chats chinois pour la texture. Et les cicatrices s'infectent...)

Catin, n. m. Bassin de réception du métal en fusion dans les fours à réverbère.
(La fusion pour le catin, les effusions pour la catin sous les réverbères.)

Célestine, n. f. Chim. Sulfate naturel de strontium.
(La jeune Céleste Albaret refusa d'empoisonner son illustre maître avec de la célestine.)

Cervelas, n. m. Mus. anc. Sorte de basson à huit trous, en usage à la Renaissance.
(Pour avoir trop joué du cervelas, la chevalière de la Gamarde défuncta d'une surdose de cholestérol.)

Chamade, n. f. Batterie de tambour ou appel de trompette indiquant qu'on veut traiter avec l'ennemi les conditions d'un armistice, d'une reddition, etc.
(L'amour, c'est la guerre continuée par d'autres moyens.)

Chapechuter, v. intr. Faire un léger bruit, chuchoter.
(Odette, qui n'aimait pas cacarder, chapechutait avec délices chez la duchesse.)

Charlot, n. m. Un des noms vulgaires du grand courlis. II A Paris, ancien nom populaire du bourreau.
(Traiter de charlot un grand courlis ne me donne guère envie de chapechuter. Ce blasphème sera puni par la bascule à Charlot.)

Chasse-cousin, n. m. Mauvais vin.
(Les cousines sont également invitées à prendre la tangente. Les neveux et les nièces itou. Mais pas les grands-pères et les grands-mères, déjà si aigres...)

Chien-assis, n. m. Constr. Petite lucarne ouverte dans un comble.
(La grisette dans sa chambre sans feu câlinait son bichon et regardait mélancoliquement la lune moucharde par le chien-assis.)

Clarence, n. f. Chaussure à semelle plate, sans talon.
(Clarence, le lion atteint de diplopie dans Daktari, portait des clarences pour mieux surprendre ses proies car les brindilles des baobabs ne craquaient pas sous leur semelle.)

Codéine, n. f. Chim. Alcaloïde découverte dans l'opium.
(Même observation que pour le cannabis. Quiconque a écouté les Pink Floyd ou King Crimson dans les glorieuses années soixante et dix sait ce que c'est, la codéine. Pardine !)

Coercer, v. tr. Retenir entre des parois, des tissus.
(Un zadiste particulièrement dangereux a été coercé en la forteresse de Nantes avant que de subir l'estrapade.)

Colombine, n. f. Agric. Fiente de pigeons et d'oiseaux de basse-cour utilisée comme engrais.
(L'argotique colombin aurait-il pris la suite de ce mot usé ? Une pensée tout de même pour la frêle Colombine énamourée. S'il elle savait, elle serait toute chiffonnée.)

Comparateur, n. m. Phys. Instrument permettant d'apprécier des différences extrêmement petites entre deux longueurs.
( Et aujourd'hui, on a les Trivago et autres Tripadvisor sur internet qui comparent les prix. Comme quoi...)

Confabuler, v. intr. S'entretenir familièrement avec quelqu'un.
(La chevalière de la Gamarde, qui avait ses excentricités, adorait confabuler avec son confesseur qu'elle recevait dans son phaéton.)

Conniller, v. intr. S'est dit autrefois pour se cacher comme les lapins.
(Supposons que le mot couniller à partie liée avec conniller.)

Contre-coeur, n. m. Constr. Fond de la cheminée. II Plaque en fonte que l'on place à cet endroit de la cheminée.
(Le contre-coeur, lourd de la suie des siècles, dissimulait une cavité emplie de bêtes mortes.)

Corbillard, n. m. Primitivement, nom du coche d'eau qui faisait le service entre Paris et Corbeil.
(Notre corps étant composé à soixante-quinze pour cent d'eau, le glissement sémantique du corbillard est tout à fait logique.)

Couard, adj. m. Blas. Se dit du lion représenté portant la queue entre les jambes.
(Un mot réservé à l'art du blason devient un mot populaire au fil du temps. Imaginer ce lent voyage du vocable.)