jeudi 29 mars 2018

La tentation des combles

Franchir le pas de l'auto édition numérique demande une longue réflexion préalable et l'abandon de tout orgueil. J'ai écrit mon roman La tentation des combles il y a dix ans. Un éditeur l'a trouvé intéressant mais trop artificiel à la fin. Une éditrice m'a proposé de densifier certains passages avant de le soumettre à sa direction éditoriale. Mon application n'a pas suffi. Une autre éditrice a trouvé que l'ensemble manquait de pathos malgré ses qualités évidentes. 
Bref, j'en ai conclu que ce roman ne laissait pas indifférents les quelques éditeurs qui ont bien voulu m'adresser leurs remarques.
Récemment, grâce aux conseils avisés d'une amie universitaire spécialisée dans la littérature espagnole, j'ai repris le texte. Il est plus nerveux, plus rapide. Tout en gardant son étrangeté et ses cocasseries.
J'espère qu'il saura vous plaire si vous ne redoutez pas la lecture sur écran. En voici la quatrième de couverture :

"Catherine n'a rien perdu de son franc-parler. Elle n'aime pas les cons et encore moins les porcs. Elle n'aime pas sa mère non plus mais c'est une autre histoire. Encore que. La femme trouvée morte sur la plage de M*** a peut-être un rapport avec les mères qu'on n'aime pas. Comment savoir ? L'enquête de la gendarmerie piétine.
J'espionne mes voisins, je pédale à toute vitesse dans mon réduit aménagé sous les combles, je fais un long voyage avec un oiseau pour essayer de comprendre ce qui a pu arriver. Mais je ne comprends rien à rien. Catherine est superbe dans sa robe à fleurs et le gris de ses yeux me subjugue mais elle ne m'aide pas. Quant aux méthodes du docteur Klamm, elles sont vraiment trop spéciales !"

Le roman est disponible sur le site de la librairie Kobo au prix de 8 €.