vendredi 13 septembre 2019

Jérôme Lafargue, Le temps est à l'orage

Résultat de recherche d'images pour "le temps est à l'orage"Un guerrier peut-il devenir troubadour ? Un troubadour parfait ? Peut-être faut-il, même à vingt ans, disposer d'une mémoire très ancienne pour en arriver là.
L'histoire du tireur d'élite Joan Hossepount ne commence pas à la fin des années quatre-vingt dans un bourbier où [les pétales jaunes d'un champ de jasmin se parent de gouttelettes de sang] mais le 2 décembre 1805 dans la neige boueuse d'un plateau près du village d'Austerlitz. Son ancêtre Guilhem Hossepount, seize ans, tue un officier autrichien à deux cents mètres de distance. La précision de son tir éblouit un vieux grenadier de la Garde Impériale et ouvre sa vie à des chemins qu'il n'aurait jamais pu imaginer.
Devenu luthier, sachant désormais lire et écrire, Guilhem construit sa maison dans un hameau landais qui donne sur la forêt et les lacs d'Aurinvia. Un hêtre multiséculaire pousse non loin de là. Aurait-il des pouvoirs comme le frêne scandinave Yggdrasil, cet "arbre divin, mythique source de la vie et maître des destins, lien entre les mondes souterrain, terrestre et céleste" ?
Bien longtemps après, Joan l'étreint régulièrement, lui parle en gascon et en latin, puise des forces pour apprivoiser les tumultes de son existence hantée par trop de morts, dont celles de Will et de sa compagne Anna.
Mais il y a sa fille espiègle qui lui fait "l'effet d'un philosophe en culottes courtes". Mais il y a l'ami Ernest dont il fréquente la librairie pour ses recherches sur son aïeul et le plaisir inquiet de la conversation.
C'est que de graves menaces pèsent sur la forêt et les lacs d'Aurinvia. Des individus s'y livrent à des mises en scène macabres. Lourdement armés, ils ont creusé une tranchée...
Mystérieusement aidé par son chat, Joan retrouve leur trace et l'instinct du guerrier malgré lui qu'il a été, jusqu'à en vomir.
L'orage gronde sur la terre comme au ciel. Un orage peuplé de chimères océanes qui orchestrent une énigmatique partition.
Il faudra beaucoup de temps à Joan pour la déchiffrer et devenir un troubadour parfait au café du Vieux marin où il chante, accompagné de sa guitare, ses compositions de la vie ordinaire. Et beaucoup d'expérience pour comprendre que "le monde n'est ni simple ni complexe, il n'est que ce que l'on décide d'y projeter soi-même".

Jérôme Lafargue signe avec Le temps est à l'orage un roman dont l'écriture manie aussi bien la violence que la tendresse. Sans outrance ni mièvrerie, il offre au lecteur ému de belles pages sur l'amitié. Ses descriptions des tourments géologiques de la terre comme celles de l'atelier de Guilhem sont d'une précision qui élargit dans l'imaginaire la signification du moindre détail. Enfin, sa relation des mythologies rurales liées à l'errance intérieure du personnage rappelle, ici ou là, les travaux de l'historienne et archéologue Fred Vargas.

Extrait :

"Un hêtre géant a alors crû, protégé par l'entrelacs de ruisseaux, d'étangs et de cascades. L'un de ses rejetons, celui-là même situé à proximité de la maison, s'est approché de la mer, comme pour s'acquitter d'une dette ancienne. Au fil des siècles, des inondations et des bouleversements géographiques, deux autres lacs sont venus tenir compagnie à l'étang des Lucioles, s'établissant sur des plateaux dominant la plaine et la côte océane à plus de trois cents mètres de hauteur. Chacun avec son histoire, sa toponymie, sa légende.
Le lac du Loup, mare où venaient s'abreuver des meutes de ces animaux tantôt despotes, tantôt pourchassés et trouvant refuge dans la forêt.
Le lac Malenconia, "mélancolie" en gascon, car s'y rejoignaient les âmes tristes et souffrantes ; plonger son regard dans ses eaux blanches apportait la vision sans équivoque de ce qui vous attendait : peine infinie, rémission provisoire ou rebond définitif."

Le temps est à l'orage de Jérôme Lafargue est publié aux éditions Quidam et coûte 18 euros.

image motspourmots.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire